Creed-lhéritage-de-Rocky-Balboa-avis

Creed : l’héritage de Rocky Balboa

Creed : l’héritage de Rocky Balboa

Le long métrage de Ryan Coogler interprété par Michael Jordan, Sylvester Stallone et Tessa Thompson est l’excellente surprise du début de l’année 2016. Le film composé d’un scénario cohérent et émouvant, d’une mise en scène précise et intimiste permet de renouer avec la légende Rocky qui s’améliore avec l’âge. Les émotions sont au rendez-vous et ce nouveau film est visiblement à la hauteur des 4 premiers Rocky.

Synopsis du film l’héritage de Rocky Balboa

Le scénario de ce roi du ring nous raconte la vie d’Adonis Johnson (alias Michael Jordan), fils illégitime hanté par le souvenir de son père boxeur, Apollo Creed qui n’est rien d’autre que l’ancien challenger de Rocky Balboa (alias Stallone) puis coach (dans les précédentes versions). Adonis Johnson a reçu une éducation dans la soie, et dans des foyers d’accueil avant d’être accueilli par Mary Anne, la veuve du boxeur. Désertant sa mère pour aller à Philadelphie, il y fait la connaissance de Rocky, un homme fatigué qui passe son temps entre le cimetière où il visite ses amis et son restaurant vide. Quand Adonis lui a demandé de lui coacher, il a d’abord refusé mais il a fini par consentir quand il s’aperçoit que ce jeune homme n’est rien d’autre que le fils de son entraîneur qui mourut sur le ring. Ainsi, Rocky va faire l’entraînement de celui qui, faute de ne pas porter son nom, portera son héritage. Le titre du film en français convient parfaitement au contenu du scénario.

creed-critique-film

Critique du film

On ne peut qu’admirer le talent de l’acteur fétiche Sylvester Stallone qui est parvenu à sa maturité dans ce film. Dans cette œuvre percutante et féroce, il en dégage une douceur amenée par lui, en homme réfléchi, vieillissant et bienveillant face à un jeune boxeur battant et indépendant, mais un peu embrouillé dans son esprit. L’interprétation touche à la performance, justifiant le Golden Globe que Sylvester Stallone vient de remporter pour sa prestation grandiose en tant que meilleur second rôle. Tout en étant un formidable film de boxe, filmé avec un réalisme sans précédent, on aime son côté riche en émotions, en échange et entraide. US Weekly a indiqué que ce chef d’œuvre est un drame puissant et émouvant. Rien d’étonnant si au démarrage, le film a enregistré 30 millions de dollars de recettes sur le sol américain et occupe la troisième position sur le podium de sortie. Concernant le plan technique et cinématographique, les prestations d’Adonis dépassent les limites de ce que sa carrure imposante peut lui offrir. Les scènes de combat dans le film sont bien mises en lumière, grâce à la caméra immersive qui redouble l’intensité. Un petit bémol quand même pour le maquillage outrancier de Rocky Balboa en jouant le vieillard fané et malade, au visage déformé par le temps quand Adonis lui rendait visite.

À la fin du film, nous retrouvons Adonis en état de KO, assailli par son rival et la scène du troisième épisode de Rocky qui refait surface dans une vision lui donne la force de se relever. Une fin ayant l’air du déjà vu mais qui est bien maîtrisée par les studios Hollywoodiens !

Pour voir les films d’au autre tas de muscles, venez par la.

Comments are closed, but trackbacks and pingbacks are open.